Six livres

Je réponds, un peu tardivement, à un tag littéraire, soit trouver 6 livres qui me "représentent". Le choix n'est pas franchement le reflet d'une réflexion sur ce qui est représenté ou ce que je voudrais voir représenté par cette liste, mais est plutôt lié au fait que ces livres ont nourri une fascination durable pour l'histoire, l'auteur et/ou le genre littéraire concerné. La "représentation" est aussi fondée sur l'attachement, voire l'identification, avec l'un des personnages évidemment. Je ne retiens ici que les romans ; une autre liste serait nécessaire pour les ouvrages de sciences sociales. L'ordre est d'abord la chronologie de lecture, puis l'addition de deux genres littéraires.

1. L'ancre de miséricorde de Pierre McOrlan. Un livre un peu oublié, mais toujours régulièrement publié par Gallimard, c'est heureux. C'est un livre lu à l'adolescence, une histoire assez simple à l'issue attendue, mais qui m'avait marqué par son souci de tirer des portraits nuancés des personnages. Un livre lu un peu plus tard, mais avec un écho similaire (je commence à tricher avec cette liste...) : En un combat douteux, de John Steinbeck.

2. Cent ans de solitude de Gabriel Garcia Marquez. Je me souviens parfaitement de l'instant et du lieu où j'ai fermé ce livre (une plage en Italie pendant l'été 1988) dans un état de sidération. C'est une fresque connue sur le village imaginaire de Macondo et la famille Buendia. C'est évidemment magnifique et ce qui a nourri chez moi une connaissance abstraite de l'Amérique latine, assez fidèlement confirmée par des voyages récents. Une lecture plus récente, La fête au bouc de Mario Vargas Llosa, un bon ouvrage... de science politique.

3. Ada ou l'ardeur de Vladimir Nabokov. Je le préfère à Lolita ou à d'autres ouvrages antérieurs comme Le don. J'ai déjà relu Ada plusieurs fois. C'est sans doute le seul livre qui continue à me surprendre et à m'enchanter (un mot important chez Nabokov), par le style notamment. Nabokov, peut-être en raison de son parcours et de son exposition à des langues et des cultures diverses, est pour moi le romancier le plus accompli.

4. L'oeuvre de Dieu, la part du Diable de John Irving. La littérature américaine est l'une de celles que je connais le mieux. J'aurais pu choisir Robert Penn Warren, Philip Roth ou James Ellroy, mais dans L'oeuvre de Dieu, la part du Diable, il y a...

5. Fondation d'Isaac Asimov. C'est un cycle, plus qu'un ouvrage (d'ailleurs, je me demande si le meilleur n'est pas le second, Fondation et Empire, où figure le Mulet). J'aurais pu citer tout aussi banalement Le seigneur des anneaux de Tolkien, mais le cycle qui m'a incité à lire de la SF et de la Fantasy reste celui d'Asimov. Dans les auteurs contemporains, Dan Simmons est un écrivain majeur, tous genres confondus.

6. Un dernier espace pour la BD et ici La ballade de la mer salée d'Hugo Pratt. J'ai hésité avec Les passagers du vent de François Bourgeon et L'Incal de Moebius et Jodorowsky. Mais bon, quand même, Corto Maltese... Et Pandora...

Commentaires

bouillaud a dit…
Nous avons des points communs... Pierre Mac Orlan, Hugo Pratt et Asimov...que de saines lectures nous avons eu...
Yves Surel a dit…
Salut Christophe et Happy New Year !
Des points communs, ça ne m'étonne pas trop... A toi maintenant !
Camille B. a dit…
Je suis personnellement très fan d'Hugo Pratt, John Irving, James Ellroy et Philip Roth. Chez Grabriel Garcia Marquez, le livre que j'ai préféré reste "L'amour aux temps du choléra"..

Posts les plus consultés de ce blog

Dépression au-dessus d'un jardin anglais

L'électeur médian est un con qui ne dit pas son nom