Petits meurtres entre amis

J'avais bien aimé ce film de Danny Boyle au moment de sa sortie en 1994. Il fonctionnait grâce à un mélange de léger décalage avec le quotidien et d'exutoire jouissif à voir des colocataires, en apparence ordinaires, s'entretuer d'une façon assez systématique.
Et c'est là qu'il est temps de parler de science politique...
La période est aux recrutements et au mercato dans l'université. Les procédures sont en cours pour les postes d'enseignants-chercheurs (déjà terminées pour le CNRS), que ce soit pour les attachés temporaires d'enseignement et de recherche (ATER), les maîtres de conférence ou les professeurs. Chaque procédure doit reposer sur la convocation d'un comité de sélection ad hoc, sur l'examen des dossiers et sur des auditions avec les candidats présélectionnés. Les critères de choix sont toujours du même ordre, une configuration d'éléments où se mêlent besoins objectifs pour les cours à dispenser, proximité théorique et/ou thématique avec les titulaires de l'établissement concerné (un collègue m'a dit une fois qu'il fallait choisir sa "circonscription" pour être recruté) et, enfin, excellence scientifique. Je place à dessein ce dernier critère en dernier, car il ne bénéficie pas souvent de la pondération maximale (une litote se cache pas loin...). J'ai même entendu un collègue, très connu dans la discipline, me dire de façon agacée à l'issue d'un comité surréaliste qu'il ne savait pas ce qu'était "de la bonne science politique". Autant dire que les communautés académiques et les logiques de délibération pèsent peu face aux rapports de force et au pur opportunisme des facteurs locaux. Bon, il ne faut pas noircir le tableau, j'ai aussi participé à bon nombre de comités dont les décisions recueillaient l'assentiment quasi général.
Mais, comme dans tout mercato, les rumeurs vont bon train et une forme de fatalisme règne à entendre les noms circuler. Certains candidats à la mutation se seraient même "partagés" des postes,  ce qui rendraient encore plus superflues qu'à l'habitude les procédures en cours.
Et l'on entendra les déplorations habituelles sur le déclin de l'université, le non-respect de l'éthique académique, ce genre de choses...
Il ne faut pas être naïf, la science politique est (aussi) un sport de combat, mais il serait rassurant que nous ne soyons pas presque systématiquement dans la position du candidat à un poste à l'internat de médécine, à l'origine de l'arrêt Lévy du Conseil d'Etat (c'était d'ailleurs le grand-père d'un ami), qui avait fait constater par huissier les résultats du concours à partir d'une liste déposée à l'avance... Ce serait agréable de voir la discipline et les universitaires s'assurer que les critères scientifiques (pas si compliqués à objectiver collectivement si j'en crois mon expérience) bénéficient d'une pondération adéquate...
C'est vrai qu'il est parfois difficile de vivre avec ses colocs, ils sont parfois épuisants.
Pourtant, c'est une belle journée, le nouvel album des Black Keys est en approche.


Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Dépression au-dessus d'un jardin anglais

L'électeur médian est un con qui ne dit pas son nom