Les politiques du pire

Il est temps de reprendre le fil.
La campagne électorale était déjà originale, inquiétante et peu reluisante avant le premier tour, mais la dynamique a encore changé depuis dimanche dernier. Il faut saluer au passage la précision de sondages qui se trompent moins qu'on le dit et qui ont fourni des estimations fiables à l'occasion d'un scrutin compliqué par le nombre élevé d'indécis et une dynamique de polarisation plus volatile en raison de la crise des grands partis de gouvernement.
Je reste cependant sidéré par la teneur prise par la campagne depuis dimanche. Un bon nombre de responsables politiques jouent aux apprentis-sorciers et mettent en balance candidats, institutions, principes sans le moindre sens des responsabilités. La palme revient pour beaucoup de commentateurs à Jean-Luc Mélenchon (et je susi assez d'accord...). J'ai publié ici, après l'élection de Barack Obama en 2008, la vidéo du "concession speech" de John McCain, un discours que je considère toujours comme l'un des exemples de ce qui fait l'honneur de l'engagement politique. Mélenchon a fait à peu près l'inverse dans une intervention hallucinée où il a réussi à émettre des doutes sur la réalité des résultats, à placer sur le même plan Emmanuel Macron et Marine Le Pen et à laisser une partie de ses électeurs imaginer que la poursuite du combat politique se ferait dans la rue. Soit une négation totale de ce qui constitue l'essence de la démocratie représentative. Une partie de la droite n'est pas en reste (on peut vouloir oublier Christine Boutin) et des acteurs politiques comme Laurent Wauquiez, qui va finir par réaliser cet impensable exploit de nous faire regretter Nicolas Sarkozy, ont joué sur les mots et tenté de trouver un équilibre entre des idées, des programmes et des organisations qui ne peuvent être mis sur le même plan.
La vie politique est faite de débats, de controverses et de désaccords, c'est normal. Mais confondre un adversaire politique et un adversaire de la politique ?
Il est temps de reprendre le fil.






Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Dépression au-dessus d'un jardin anglais

L'électeur médian est un con qui ne dit pas son nom