Démocratie locale

C'est l'histoire d'un maire.
Condamné pour diverses affaires, déclaré temporairement inéligible à l'issue de plusieurs procédures judiciaires et toujours suspecté d'avoir participé à des opérations qui relèvent de la plus évidente corruption.
Redevenu député-maire de sa commune après la fin de son inéligibilité, il reprend sa gestion clientéliste, avance de nouveaux projets somptuaires (en particulier deux tours de 42 étages sur une commune déjà abondamment pourvue de sièges sociaux et qui se caractérise par l'une des plus fortes densités de population en France) et semble vouloir profiter de ses liens (d'amitié, d'affaires, d'action, tout cela à la fois ?) avec les plus hauts sommets de l'Etat pour envisager de reprendre le fil d'une carrière politique désespérément bloquée au niveau municipal.
Surpris à plusieurs occasions pour avoir tenu des propos outranciers et/ou démagogiques (à l'égard des pauvres, de son opposition municipale, etc.), il est à la tête d'une administration efficace qui délivre des services presque sans défauts, n'étaient un déficit abyssal, une opacité constante sur plusieurs dossiers et un vague sentiment de faillite morale.
C'est l'histoire de "mon" maire, Patrick Balkany, député-maire de Levallois-Perret.
Il a été réélu dimanche dernier, dès le premier tour, avec 51 % des suffrages environ.
C'est un presque un épiphénomène, l'expression banale de ce qu'est concrètement, parfois, la politique.
Chut... Musique.

Gravenhurst - Trust

[via FoxyTunes / Gravenhurst]

Goldfrapp - A&E

[via FoxyTunes / Goldfrapp]

Alexandre Varlet - Teaser Ciel de Fête

[via FoxyTunes / Alexandre Varlet]

Commentaires

Fr. a dit…
Pour mettre Balkany en musique, je vous conseille "Malpractice", de Faith No More, ça colle bien au sujet.

Posts les plus consultés de ce blog

Dépression au-dessus d'un jardin anglais

L'électeur médian est un con qui ne dit pas son nom